Catéchèse

Animatrice : Françoise Lacroix


Le caté c’est quoi ?

Inscrire son enfant au caté, c'est lui permettre de rencontrer Jésus et de découvrir que Dieu aime chacun d'entre nous.

C'est faire l'expérience de l'Amour de Dieu... prier et célébrer... recevoir les sacrements... rencontrer de nouveaux amis...

Cate3

Le caté un moment privilégié qui donne du goût à la vie, qui donne du sens à la vie

 

Le caté c’est pour qui ? ... Pour tous !

Il n'y a pas d'âge pour commencer la catéchèse. Chacun est accueilli avec les enfants de son âge, baptisé ou non.

La catéchèse peut commencer dès 7 ans quelle que soit l'école (publique, catholique ou spécialisée).

Avant 7 ans, il s'agit de l'éveil à la foi.

Cate1

 

Pour recevoir un sacrement votre enfant doit être inscrit en catéchèse à la paroisse.

Le sacrement de la première communion se vit, en général, au bout de deux années de catéchèse en tenant compte du parcours et de la maturité de l'enfant. L'inscription se fait normalement dès le début du CE1.
Mais il n'est jamais trop tard pour commencer...
A chaque âge il existe une proposition. Il en est de même pour une préparation au baptême pour les plus de 6 ans.

Pour les enfants qui désireraient commencer cette année, il est encore possible de s'inscrire : il n'est jamais trop tard !

Pour tous renseignements, contacter le presbytère ou l'animatrice. 

 

Fêtes de la foi :

  • 13 mai 2021 :  Profession de foi 
  • 22 mai 2021 : Confirmation à Caudan
  • 30 mai 2021 : Première communion
  • Remise du "Notre Père" (1ère année de catéchèse) reportée
 
 
 
 
 
 
http://fdata.over-blog.net/2/23/85/05/header_article_tmpphpOceWZ1.jpg

Le temps de l’Avent

Avent

Quatre semaines précieuses pour préparer notre cœur, 

quatre attitudes spirituelles à adopter l’une après l’autre 

pour avancer sur ce chemin qui nous conduit à Noël.

 

  • 1ère semaine de l’Avent, du 29 novembre au 5 décembre : Veiller.
    Il est des temps de ce monde ou de notre histoire où il fait nuit : nuit de la souffrance, nuit de la solitude, nuit de la foi, nuit en attente de lumière, de tendresse, de paix.
    Ces nuits nous acculent à un choix : Ou bien baisser les bras, renoncer, ou bien choisir de croire malgré tout, choisir de vivre, choisir de veiller pour attendre la fin de la nuit, car elle viendra. 
    Heureux celui, celle qui aura veillé, attendu, cru. Ils sont veilleurs d’Espérance.
    Pour veiller dans les nuits de ce monde ou de sa vie personnelle, le disciple de Jésus a dans le cœur une lampe qui brille et perce la nuit. Ce monde, nos vies, sont définitivement sauvés en Lui, définitivement armés. Sa vie a vaincu nos morts par sa résurrection.
    Alors veiller, ce sera savoir reconnaître Sa victoire déjà là, dans les petites choses comme ce qui est en train de naître, et s’engager de toutes ses forces à la suite de celui qui a ouvert le chemin. 
  • 2ème semaine de l’Avent, du 6 au 12 décembre : Préparer.
    Préparer son cœur, pour que le Christ y fasse davantage sa demeure. Il est venu le temps pour que chacun l’accueille au plus profond de sa vie et la transforme.
    Préparer, c’est ouvrir ma porte pour que Dieu entre dans ma vie.
    Préparer ce n’est pas s’agiter, c’est plutôt s’arrêter, se reposer, offrir un espace à Dieu, ouvrir un espace pour entendre la Bonne Nouvelle.
    Alors, Jésus se sentira invité, attendu et n’aura pas peur de nous déranger. 
  • 3ème semaine de l’Avent, du 13 au 19 décembre : Se réjouir.
    Se réjouir, de Le connaître, de L’aimer. Peser avec amour tout ce que la foi me donne. Se réjouir du changement de regard que ma foi me donne. Se réjouir malgré cette période difficile. La prière nous donne la force d’avancer. Prier, c’est aussi entretenir une relation légère et spontanée avec Dieu, même quand ça va mal. 
  • Noël, le 25 décembre : S’étonner.
    Pour cela regarder longuement l’enfant dans nos crèches. Nous sommes les bergers qui accueillent et transmettent la Bonne nouvelle de la présence de Jésus dans notre monde, dans nos familles, dans nos écoles. Nous sommes aussi invités à accueillir Jésus comme Marie et Joseph l’ont fait.

17 octobre 2020 : La rencontre avec Jésus dans l’Eucharistie, avec le bienheureux Pierre-René Rogue (1758-1796)

Le samedi 17 octobre 2020, un temps fort diocésain a eu lieu dans les salles St Phélan au Moustoir à Lorient pour les CM. Un moment important dans cette belle journée qui a réuni une trentaine d’enfants. Foi et courage : ingrédients magiques et force pour les enfants et les parents qui se sont déplacés.

Nous avons démarré notre journée par un temps de prière.

P1060467

Puis nous sommes partis découvrir les ateliers :

  • Les sacrements dans la vie des chrétiens
  • Le sacrement de pénitence et de réconciliation
  • Les repas dans la Bible
  • La messe
  • L’offertoire
  • Bienheureux Pierre-René Rogue

pierre rene rogueQui est Pierre-René Rogue ?

Pierre-René Rogue est né le 11 juin 1758 à Vannes. Il étudie au collège Saint-Yves de Vannes (aujourd’hui collège Jules Simon)

Il entre en 1776 au grand séminaire et il est ordonné prêtre en 1780.

Aumônier de la retraite des femmes, il rejoint à sa demande, la Congrégation de la Mission, fondée par Saint Vincent de Paul. Après un temps à Paris, il revient à Vannes où il enseigne au grand séminaire.

Malgré le début de la révolution, la vie continue sans grande perturbation.

En avril 1791, les séminaristes sont obligés de partir. Les biens sont saisis et les directeurs expulsés. Dès lors, les prêtres réfractaires (ceux qui n’ont pas prêté serment à la constitution) sont obligés soit de s’exiler, soit de vivre dans la clandestinité. Pierre-René Rogue choisit de rester à Vannes.

Sa vie à Vannes continue : messes et sacrements clandestins, refuges précaires chez des paroissiens courageux avec le risque permanent d’être arrêté et guillotiné (pour lui-même mais aussi pour ceux qui le protègent).

Avec l’amnistie proclamée à Vannes en juin 1795, l’abbé exerce prudemment son ministère pendant quelques mois.

Mais le 25 octobre 1795, la convention remet en vigueur les lois de persécution.

C’est ainsi que le soir du 24 décembre 1795, veille de Noël, alors qu’il porte l’Eucharistie à un malade, le Père Pierre-René Rogue est arrêté, emprisonné et interrogé. Ses réponses sont alors simples : il n’a pas quitté le pays à cause de sa santé, et bien qu’il ait refusé le serment, il affirme n’avoir jamais troublé
l’ordre public.

Il est condamné à mort le 2 mars 1796, exécuté le lendemain à 15h sur la place du Marché de Vannes (actuelle place de l’Hôtel de Ville).

Sa béatification eut lieu le 10 mai 1934, jour où on le fête désormais dans le diocèse de Vannes.

P1060474 (1)

À 15h, une messe fut célébrée par le Père Olivier à la crypte avec « eucharistie ».
Un grand merci à lui pour avoir pris le temps d’expliquer chaque geste aux enfants.

Un grand merci aux adultes et aux enfants pour cette rencontre riche en partage.

8 février 2020 : Le silence et la prière

Le samedi 8 février, les enfants de CM1 et CM2 se sont retrouvés au presbytère de 9h à 12h. Toujours aussi motivés, heureux de se retrouver.

En réflexion, les enfants se demandaient comment faire silence pour le temps de prière : ce n’est pas facile, que l’on soit en classe, au sport, à l’église, en groupe de catéchèse, dans notre coin prière.

Le mot silence a plusieurs significations : c’est avant tout l’absence de bruit, mais aussi ne pas parler, se taire. Pas facile de faire silence, pas simple d’arrêter les bruits qui nous entourent, faire taire les bruits qui sont en nous ou ne pas parler quelques instants. Il est souvent plus facile de fuir le silence parce que tout est fait aujourd’hui pour les sons, le bruit.

Le silence n’est pas toujours le bienvenu. Il peut faire peur ou être angoissant. Mais faire l’expérience du silence, c’est une occasion de découvrir le calme, de se concentrer, d’arriver à une paix intérieure. Le silence peut aider à la réflexion, à l’imaginaire, à la contemplation, à la connaissance de soi.

Le silence pour quoi faire ?

  • Pour se concentrer : Les bruits peuvent empêcher la réflexion et la concentration. Le silence est alors le bienvenu.
  • Pour observer : Dans nos moments d’activités et de paroles, prendre un temps de silence nous permet de découvrir et d’observer ce qui nous entoure.
  • Pour penser et rêver : Comme une pause dans notre vie, le silence permet de faire le point sur ce que nous vivons et ce que nous avons envie de faire.
  • Pour être en paix : Le silence aide aussi à se calmer, à comprendre ce qui rend triste, il permet de se redonner du courage, d’être en paix avec soi ou avec les autres.
  • Jésus avait-il besoin de silence ? Dans la Bible, Jésus parle et agit à certains moments, il se met aussi en retrait, en prière, en silence, dans la montagne, dans le désert.

Pour les chrétiens, Dieu est présent au cœur de leur vie et le silence est un moyen de l’écouter, de le prier. Le silence est le lieu du cœur à cœur avec Dieu.

Comment prient les chrétiens ?

  • Les chrétiens aiment se retrouver seuls et en silence pour prier, comme le faisait Jésus.
  • Chacun peut prier où, quand et comme il le souhaite, au travail, dans la nature.
  • Les chrétiens prient aussi tous ensemble à l’église le samedi ou le dimanche.
  • Quand ils prient, les chrétiens parlent à Dieu, lui font des demandes ou le remercient.
  • Les chrétiens prient notamment en disant le « Notre Père », prière enseignée par Jésus.

Pour les enfants, toutes ces questions sur le silence étaient importantes avant d’aller dire leurs prières et leurs intentions à notre coin prière. Avec leurs mots, leurs échanges, on peut construire ce petit texte sur le silence. Très enrichissant de les écouter avec toutes les questions qu’ils se posent.

P1060429

Mots d’enfants :

  • Merci pour ce beau moment d’échanges, de partage.
  • Merci pour ce temps de prière où l’on pense à nos proches.
  • Merci pour ce temps de silence, même difficile pour nous.

Prière :

Il suffit de si peu de choses, une lettre le matin, une visite le soir,
Et l’envie me prend de te dire merci Seigneur.

Il suffit de si peu de choses, un paysage que la neige habille, le soleil qui reparaît,
Et l’envie me prend de te dire merci Seigneur.

Il suffit de si peu de choses, une main chaleureuse, un regard de tendresse,
Et l’envie me prend de te dire merci Seigneur.

Il suffit de si peu de choses, un accueil, un sourire,
Et l’envie me prend de te dire merci Seigneur

1er février 2020 : À la découverte des signes du baptême

Le samedi 1er février, les enfants et adolescents de 6 à 18 ans qui cheminent vers le baptême ont participé à une rencontre organisée par le Service Diocésain de la Catéchèse, la Pastorale des Jeunes, l’AEP (Aumônerie de l’Enseignement Public), la Mission Universelle et la Commission Diocésaine d’Art Sacré, dans les salles du Moustoir à Lorient.

Le thème de la journée de préparation au baptême a réuni une centaine de jeunes qui vont recevoir ce sacrement dans quelques mois ou l’an prochain. Ils se préparent en paroisse avec d’autres enfants, mais une rencontre commune leur permet de réaliser qu’ils ne sont pas seuls à demander le baptême.

Ils ont participé à 4 ateliers proposés pour approfondir le sens des signes du baptême : l’Eau, le vêtement blanc, le St Chrême, la Croix et la Lumière : dans l’église, les signes de l’eau, du vêtement blanc ; avec Irène de l’art sacré, tous autour du baptistère, tous intéressés par les explications ; et bien entendu répondre aux questions, comprendre le baptême de Jésus.

Ils ont reçu une écharpe blanche qu’ils porteront le jour de leur baptême.

P1060388 

Dans la crypte, le père Olivier lisait aux enfants un passage de la Bible, « l’onction de David », avant de faire sentir à chacun l’odeur parfumée de l’huile sainte. Ce fut un moment d’écoute, de partage.

L’atelier de bricolage, un moment agréable pour les enfants : la construction d’une maison photophore illustrant la lumière de l’Esprit-Saint qui éclaire les cœurs. La place des jeunes était importante, des ateliers étaient réalisés, adaptés à leur âge.

La journée s’est terminée dans une ambiance de fête au son du tube du groupe de pop louange UNI’T :
« ... Donne-nous un cœur de disciple missionnaire ! Viens Esprit-Saint !... »

P1060371

Et bien entendu, pour clôturer, il y eut un bon goûter.

Un grand merci à toute l’équipe de préparation pour cette belle journée.

Accompagner ces enfants et ces jeunes vers le baptême est une expérience enrichissante car ils sont en recherche et ils trouvent leur place puisque c’est leur demande et non celle de leurs parents.

Mots des enfants et des jeunes :

  • Merci pour cette journée, on a aimé tous ces moments passés ensemble.
  • Merci Françoise de prendre du temps pour nos rencontres et nous préparer à notre baptême.
  • Merci à nos parents qui nous laissent le choix d’être baptisé.

18 janvier 2020 : En marche vers la Confirmation

Le samedi 18 janvier, les 9 jeunes de Caudan et 7 de Lanester se préparant à la Confirmation se sont réunis au Grand Chêne à Caudan pour cette nouvelle aventure, pour prendre le temps de se préparer à ce sacrement, tous motivés, avec le plaisir de se retrouver.

  • Prendre le temps et s’arrêter pour regarder sa vie ?... Exercice inhabituel dans nos existences souvent trépidantes, débordantes d’activités, avec écrans et sons qui défilent à toute vitesse. Nous avons de la difficulté à faire silence, à nous retrouver avec nous-mêmes.
    Ce temps fort nous permet de nous écouter mutuellement, d’entendre la parole de chacun et de vivre une belle journée. 
  • Faire silence pour entendre : Comment alors entendre la voix de Dieu qui se communique et se révèle à la manière d’un souffle, d’une brise ? Tu entends sa voix ? Comment y prêter attention dans le brouhaha de nos occupations ? La préparation nous aide à nous poser les bonnes questions. Pourquoi suis-je là ?
  • Remonter à la source par la pensée et le cœur ! Dans cette expérience de quelques années, tes parents ont désiré que ta vie soit habitée par l’amour de Dieu : tu as été baptisé, à ta naissance ou plus tard ! Des étapes ont jalonné cette vie de chrétien : Première communion, sacrement de la Réconciliation, Profession de foi. Étapes vécues avec plaisir dans un groupe avec copains, copines et animateurs. Et notre dernière étape : la Confirmation.
  • C’est le temps : La démarche de préparation à la Confirmation nous fait grandir dans notre foi. C’est le temps d’envisager comment vivre notre foi aujourd’hui et demain. C’est le temps d’accueillir le souffle de l’Esprit.
    Se préparer à la Confirmation, c’est se rendre disponible à l’action de l’Esprit-Saint qui est le souffle de vie que nous donne Dieu. C’est apprendre à « respirer » comme le Christ, c’est-à-dire se laisser régénérer par l’Amour de Dieu à chaque instant de la vie.
  • Une prière qui ne manque pas d’air : La prière, c’est comme une inspiration, longue, profonde, où je me laisse envahir par le souffle de Dieu.
P1060340

Prières des jeunes :

  • Merci Seigneur pour cette merveilleuse journée et pour les personnes que j’ai rencontrées.
  • Merci Seigneur pour toutes les choses que tu nous donnes et toutes les journées passées ensemble.
  • Merci Seigneur pour cette superbe journée pleine de bonne humeur.
  • Merci Seigneur d’avoir permis que mes problèmes familiaux cessent pendant un moment.

Un grand merci aux accompagnateurs de prendre du temps pour la préparation de nos jeunes.

Bulletin

Denier 2021 miniature2

Prochains rendez-vous du Caté

Aucun événement trouvé